La province Arabie comme solution de l'Antiquité tardive


 

Dans ce projet, l'histoire du christianisme de la province Arabie est examinée comme faisant partie de l'histoire antique tardive de cette religion. A l'aide d'une approche géographique de la religion, on s'interroge sur des continuités, transformations et interruptions de pratiques religieuses à l'intérieur de cet espace. Des étapes suivantes s'occupent de procès d'échange et de communication interreligieux, de plus du rôle du christianisme au sein du système culturel provincial comme de la participation de la province à des structures couvrant tout l'Empire et à des procès de standardisation de l'oikumene romaine. Il es fondamental de comprendre qu'il s'agit, en ce qui concerne cette région, d'un espace culturel complexe, partiellement disparate, mais en tout cas fortement développé et autonome. Face à cela, se dresse un préjugé envers un groupe peu différencié des arabes remontant à l'Antiquité qui étaient considéré comme des brigands et des incultes en général. Puisque le premier évêque de cette province connu a été désigné résolument „Evêque des Arabes de Bostra“, la question de la signification antique tardive de cette désignation de groupe ethnique doit également être examinée dans le projet présent. Le projet est surtout cadré sur le temps du 3e au 6e siècle.

 

Un premier champ de travail sera alors de faire un bilan de la géographie de la religion de la province d'Arabie au 3e siècle. Seulement sur le fond de ce relevé de la situation des transformations religieuses peuvent ensuite être reconnues et classifiées de manière appropriée. La prémisse doit être qu'il faut, au temps de la transformation de traditions religieuses que représentent en Arabie surtout les 4e et 5e siècles, différencier entre des prétentions de normer la religion et la pratique religieuse concrète. La localisation claire de cultes spécifiques au sein du paysage culturel de cette province est déterminée. Examiner la pratique religieuse divergante de différents groupes et milieus ethniques et sociaux en fait partie.

 

 

Le christianisme étant désormais pris en compte avec ses interactions avec d'autres cultes, le deuxième champ de travail se concentre sur l'histoire du christianisme de cette province en relation à l'Eglise impériale. Trois domaines de ce champ soient présentés ici: le premier domaine concerne les débuts du christianisme dans cette province et surtout le rôle qu'a joué Origène dans l'organisation de l'Eglise et dans la formation d'un consensus théologique. Un deuxième domaine s'occupe du théologien le plus important de cette province du 4e siècle, Titus de Bostra. Son rôle dans le conflit des chrétiens avec l'empereur Julien aussi bien que les dimensions spécifiques de son lieu d'origine de son écrit contre les Manichéens doivent être déterminées en comparaison avec des auteurs contemporains d'Egypte et de Syrie. Un troisième domaine est la question en quelle manière des confessionalisations antiques tardives sont en relation avec la genèse de consciences de groupes ethniques. Pour l'espace recherché, ce questionnement concerne la relation entre des communautés chrétiennes chalcédoniennes et non-chalcédoniennes (dites „monophysites“) au 6e siècle et leur affinité pour des groupes sociaux ou ethniques (populations rurale et urbaine; population provinciale ou Arabes ghassanides).

 

 

 

Projektverantwortlicher
Christoph Markschies

Projektdauer
01.04.2005-31.03.2007

Projektträger
DFG